La pénurie de soignants en France : causes et conséquences

La France, réputée pour son système de santé de qualité, est confrontée à un défi majeur : la pénurie de soignants. Cette crise, qui ne cesse de s’aggraver au fil des années et qui s’est accentuée avec la crise sanitaire de 2019, met en péril la capacité du système de santé à fournir des soins adéquats. 

Selon une étude parue dans la revue « The Lancet », la France comptabilise en moyenne 336,5 soignants pour 10.000 habitants. A titre de comparaison, la moyenne de l’Europe de l’Ouest est de 407 soignants pour 10.000 habitants. 

Il y a également une différence au sein du territoire national avec des régions qui sont beaucoup plus touchées par un manque de soignant que d’autres.

Il est donc essentiel d’en déterminer les causes et les impacts sur notre système de santé, ainsi que les mesures potentielles pour y remédier.

Les causes

Le vieillissement de la population

Selon le Haut-commissaire au plan, dans les dix prochaines années le nombre des Français, au féminin et au masculin, âgés de 75 à 84 ans, va augmenter de 50 % entre 2020 et 2030, passant de 4,1 millions à 6,1 millions. 

L’allongement de l’espérance de vie entraîne une augmentation de la demande en soins de santé. Cette tendance démographique, combinée à l’arrivée à l’âge de la retraite d’une proportion importante de professionnels de la santé, aggrave la pénurie de soignant.

Le manque d'attractivité du secteur

Les métiers de la santé peuvent être exigeants, stressants et parfois sous-rémunérés. Le manque d’attractivité de certaines professions conduit à une diminution du nombre de candidats pour les formations en santé.

Selon une étude de la DREES (Direction de la Recherche, des Études, de l’Évaluation et des Statistiques). Le nombre d’inscrits en formation d’aide-soignant a baissé pour la deuxième année consécutive (-6 % entre 2016 et 2018) et le nombre annuel de candidats passant les épreuves de sélection à l’entrée en formation d’aide-soignant diminue encore plus nettement. En 2018, 64 500 candidats ont passé ces épreuves de sélection, contre 111 100 en 2014, soit une baisse de 42 % en quatre ans.

Les conditions de travail difficiles

Le personnel de santé est souvent confronté à des charges de travail lourdes, des horaires irréguliers et une pression constante pour fournir des soins de qualité. Cette situation peut entraîner un épuisement professionnel et un désintérêt pour la profession.

Selon une enquête de la FHF intitulée “Comment prendre soin des professionnels de santé ?” 89 % des répondants considèrent que leur travail génère du stress. Ce stress est généré par le manque de moyens humains et matériels à 67 %, par sursollicitations et ruptures de tâches à 63 %, et à 35 % en raison de tensions professionnelles avec les collègues ou la hiérarchie.

Un vieillissement de la population, un manque d’attractivité et des conditions de travail difficiles, quelles en sont les conséquences ?

Les conséquences

L'engorgement des services d'urgence

Depuis leur création au milieu des années 1960, les services des urgences ont connu une croissance soutenue et régulière de leur activité, avec une hausse de leur fréquentation estimée à 3,5% par an. 

De plus, le manque de personnel dans les hôpitaux et les cliniques crée une saturation des services d’urgence, entraînant des temps d’attente prolongés et une diminution de la qualité des soins.

Les urgences ont également remarqué que beaucoup de personnes s’y rendaient alors que leur situation de santé n’exigeait pas de s’y rendre. D’après une enquête sur le système de santé, réalisée au premier trimestre 2019, plus d’un Français sur quatre déclare s’être rendu aux urgences au cours de la dernière année (29%). Et plus de quatre sur dix avouent avoir eu recours aux services d’urgence pour des raisons inadéquates : difficultés d’obtention d’un rendez-vous auprès d’un médecin, facilité pour faire tous les examens complémentaires sur place, etc. Au total, 42% des Français ont déjà eu recours aux urgences alors que leur situation de santé ne l’exigeait pas vraiment.

Pour y remédier, le ministère de la Santé recommande de plus en plus le 15 pour un problème de santé qui nécessite rapidement un avis médical. Le 15 est de plus en plus capable de fournir une réponse pour les soins nécessaires dans les 48 heures. Cela permet donc en partie de désengorger les urgences qui peuvent se concentrer sur de vraies urgences vitales. 

Les difficultés d'accès aux soins

Dans certaines régions rurales ou défavorisées, la pénurie de soignants peut rendre difficile l’accès aux services médicaux, obligeant les patients à parcourir de longues distances pour obtenir des soins de base.

Selon un sondage de la Fédération de l’hospitalisation privée, 49 % des Français vivant en milieu rural déclarent avoir du mal à trouver un médecin, contre seulement 14 % des citadins de la région parisienne.

Ce phénomène est dû en partie par le vieillissement des médecins et la baisse d’attractivité de la médecine générale qui se traduit par une baisse du nombre d’étudiants en médecine. 

Le ministère de la santé s’efforce de combattre les déserts médicaux en mettant en place plusieurs mesures. Il cherche à encourager l’installation de professionnels de la santé dans ces zones en proposant des bourses étudiantes en échange de leur engagement à y exercer. De plus, des stages de médecine générale sont développés afin de promouvoir cette spécialité et de susciter l’intérêt pour travailler dans ces régions. Enfin, pour assurer une prise en charge médicale à distance, le ministère déploie la télémédecine et le télésoin.

L'augmentation de la charge de travail

Les soignants en activité doivent souvent combler les lacunes causées par le manque de personnel, ce qui entraîne une augmentation de leur charge de travail. Cette charge entraîne une souffrance et conduit nombre de soignants à démissionner dû aux conditions de travail trop difficiles.

Selon Thierry Amourroux, le porte-parole du Syndicat national des professionnels infirmiers (SNPI), à l’automne 2019, moins de 10 000 postes d’infirmières étaient vacants (sur 700 000), aujourd’hui, il y en a 60 000, six fois plus. Parmi ceux qui res­tent, 10% sont en arrêt mala­die, en épuisement pro­fes­sion­nel ou en dépres­sion.

Aujourd’hui de nombreuses associations ont vu le jour pour aider les soignants tel que l’association SPS qui offre une plateforme nationale d’écoute disponible 24h/24 et 7j/7 dédiée aux professionnels de la santé, accessible via un numéro vert et une application.

Conclusion

La pénurie de soignants en France représente un défi majeur pour le système de santé. Pour préserver la qualité des soins et garantir l’accès aux services médicaux pour tous, il est essentiel d’agir rapidement et de manière concertée. En investissant dans la formation, améliorant les conditions de travail et explorant de nouvelles approches, la France peut espérer surmonter cette crise et maintenir son système de santé à la hauteur de sa réputation. Cependant, cela nécessite un engagement continu et la coopération de tous les acteurs du secteur de la santé et des autorités compétentes.

Suggestions

PROMs et PREMs, qu’est-ce que c’est ?

PROMs et PREMs, qu’est-ce que c’est ?

Aujourd'hui, la qualité des soins est évaluée par les professionnels de la santé ainsi que par les patients, et cette

26 septembre 2023
Qu’est-ce que la certification HAS ?

Qu’est-ce que la certification HAS ?

La HAS (Haute Autorité de Santé) a mis en place la procédure de certification des établissements de santé à partir

25 septembre 2023
Moment Care déploie sa solution digitale dans la clinique du Grand Avignon

Moment Care déploie sa solution digitale dans la clinique du Grand Avignon

Dans le cadre de son engagement à rendre l’expérience du patient la plus agréable possible dans son établissement, la clinique

20 septembre 2023